Emotions et alimentation

Je mange pour combler l’ennui, que faire ?

Je lis souvent des témoignages de personnes qui grignotent sans faim ou mangent à cause de l’ennui. Et je suis moi-même passé par là. Même si je savais que je n’avais pas faim, je tournais en rond, et cette ronde m’amenait régulièrement piquer un truc ou deux à picorer dans ma cuisine.

Et puis un jour, j’ai lu une phrase qui m’a fait « DING » et je me suis dit, « c’est ça, c’est totalement ça. Voilà, pourquoi je m’ennuie, pourquoi je ressens comme un manque et que je comble ce manque par la nourriture ! »

Pourquoi mange-t-on pour combler l’ennui ?

Déjà, avant de nous intéresser au « pourquoi », définissons le « quand ».

Ces moments fatidiques où l’on mange pour s’occuper

Souvent, il s’agit des moments où le rush de la journée est enfin terminé et où l’on se retrouve seul.

J’ai reçu de nombreux témoignages sur l’ennui, et j’en ai lu d’autres sur les réseaux sociaux ou ailleurs. Il se dessine globalement 2 moments charnières : soit en fin d’après-midi lorsque l’on arrive chez soi après le travail et les embouteillages, soit le soir souvent devant la TV ou l’ordinateur.

Bref, il s’agit des instants où la frénésie de la journée est derrière nous, et où nous nous retrouvons seuls.

L’équation ennui = manger

L’équation est simple :

ENNUI + FATIGUE + SOLITUDE + RESSENTI DE MANQUE = BESOIN DE MANGER

Avant, j’étais pareil. Une fois ma to do list terminée, je passais une partie de mon temps à lutter contre cette irrépressible envie de manger sans faim : pas des grosses portions, pas de crises de compulsions. Mais je ne résistai pas à me prendre régulièrement des petits encas : une poignée de pop corn, un fruit, un ou deux sablés, etc. Or, ces « grignotages » mis bout à bout deviennent néfastes pour la ligne. Je mangeai alors que mon corps n’éprouvait pas de faim.

Et puis, le Déclic !

Grâce à cette petite phrase, une ampoule s’est allumée au-dessus de ma tête.

Après le « mais c’est bien sûr », j’ai réfléchi quelques semaines, et puis je me suis lancée. J’ai fait quelques modifications dans la façon d’envisager les choses. Maintenant, tout est devenu plus simple. Je m’ennuie moins, je ressens moins ce manque intérieur. Et donc,  je mange moins pour combler l’ennui.

Bon, et cette fameuse phrase, tu vas nous la dire ?

Oui…et non !

Cette phrase, je n’ai pas eu le réflexe de la noter. Donc je ne pourrais pas te la donner mot pour mot. D’ailleurs, je ne sais même plus où je l’ai lu exactement. Mais elle m’a tellement marqué que je peux te retranscrire son idée. La voici :

manger par ennui

Et ça, je trouve ça fort. Peut-être n’es-tu plus autant enthousiaste maintenant que tu as lu cette fameuse phrase. Peut être ne t’a-t-elle pas impacté autant que moi ? Pourtant je la trouve très vraie.

La clé pour ne plus manger par ennui

Nous passons une très grande partie de nos journées à faire « ce qui doit être fait » (le travail, les obligations sociales et familiales, les corvées) et une autre partie à courir après la solution à nos problèmes, pour les éradiquer de notre vie.

Mais combien de temps consacrons-nous à nous faire du bien ? À nous consacrer à des activités qui nous font grandir et qui nous nourrissent intérieurement ?

Réfléchissons deux minutes sur l’ennui et pourquoi il nous pousse à manger

L’ennui, combiné à la fatigue de la journée, l’envie de décompresser est un mélange idéal qui nous incite à manger pour égayer notre soirée et combler un vide.

Tu seras peut-être également intéressé par mon article :  Lorsque l'hyperempathie et ma sensation de vide intérieur me pousse à (trop) manger ?

Pourtant, il ne s’agit ni d’une compulsion alimentaire à proprement dite, ni d’une vraie faim tout court.  Nous mangeons tout simplement parce que nous nous ennuyons. Souvent, si nous prêtons attention à cet ennui, nous y trouverons également une sensation de vague à l’âme ou de solitude.

Nous ressentons un manque difficile à définir, sans cause réelle et limpide.

Je pense que nous mangeons physiquement, car nous nous privons d’une nourriture autre, plus émotionnelle : les émotions positives, et ce qui nous fait grandir intérieurement.

Manger quand on s’ennuie = manger pour compenser l’absence de positif

les questions a se poser pour prendre soin de soi

Pour moi, manger à cause de l’ennui est la matérialisation d’un manque : celui des choses qui nous passionnent, nous habitent, et nous tiennent aux tripes.

Alors oui, au final, peut-être est-on encore (et toujours) dans la faim émotionnelle. Mais pas celle que nous connaissons habituellement, celle en réaction à des émotions négatives ou un sentiment d’impuissance.  La faim par ennui est une faim en réaction à un manque d’émotions positives.

« À force de vouloir chasser le négatif, on en oublie de se nourrir du positif. »

Voilà, ce qui à mon avis résume bien le pourquoi je mange quand je m’ennuie. C’est parce que je me sens vide.

Comment arrêter de manger pour combler l’ennui ?

Comme je l’ai écrit juste au-dessus, l’ennui est un indicateur : celui d’un manque d’une nourriture positive plus subtile et émotionnelle.

Aussi, pour arrêter de manger quand on s’ennuie, il y a 3 solutions :

  • Se forcer et lutter continuellement pour ne pas manger malgré l’ennui (… hum… pas très respectueux de soi, et surtout pas très efficace à moyen et long terme)
  • Rester dans une frénésie de choses à faire, continuer à s’occuper en permanence : nous avons tous des personnes dans notre entourage qui n’ont pas une seconde à elle, qui font mille et une choses et qui, je suis sûre, ne trouvent pas le temps de s’ennuyer. Et s’il n’y a plus rien à faire, ce n’est pas grave, on trouve quand même !

L’avantage, c’est que c’est un mode de fonctionnement hyper productif. Les inconvénients…

Déjà, je trouve cela épuisant, et donc difficile à tenir sur le long terme. Ensuite, je pense qu’il s’agit d’un déplacement du problème. Au lieu de manger par ennui, on s’occupe frénétiquement pour combler ce vide. Effectivement, cela règle le problème de manger quand on s’ennuie (parce qu’on en a tout simplement plus le temps) mais si tu dois te forcer à trouver des choses à faire en permanence, te sentiras-tu plus heureux et épanoui ?

  • Trouver nos sources de positifs pour se nourrir autrement, et sans avoir besoin de recourir au frigo ou au placard à gâteaux pour s’occuper. Tu l’as surement compris, je vais me concentrer sur ce dernier point ici.

Se nourrir autrement pour rompre avec l’ennui

Trouver sa nourriture « positive »

Une fois ce déclic eu, je me suis posée ma question suivante à de nombreuses reprises pendant les semaines suivantes : quelles sont mes sources de positif ?

Cette étape est difficile ET cruciale à la fois. Mieux nous identifions ce qui nous nourrit, mieux nous pouvons faire entrer le positif dans notre vie par la suite. Ensuite, lorsque l’ennui ou ce vide intérieur se fait sentir, vois-le comme un indicateur qu’il est temps de faire entrer le positif dans ta vie. Pioche dans ta liste de nourriture positive et passe à l’action.

Établis ta liste personnelle pour ne plus manger à cause de l’ennui

Ma première erreur dans ma recherche de nourriture positive a été de croire qu’il s’agissait forcément d’une activité prenante ou d’une passion. Oui, un hobby auquel s’adonner est clairement une source de positif et d’enrichissement personnel. Mais ce n’est pas une finalité !

À de nombreuses reprises, je me suis demandée si une activité pouvait me passionner assez pour ne plus me faire ressentir de manque. De prime abord, rien ne me venait en tête. Et puis, même si on a une passion, il est difficile de s’y adonner en toute circonstance.

Tu seras peut-être également intéressé par mon article :  Comment ma relation à la nourriture évolue au fil des mois

Ma deuxième erreur était de ne vouloir trouver qu’une ou deux choses à inscrire sur ma liste. C’est bien trop peu !

Plus ta liste de nourriture positive sera complète, et plus tu seras armé pour faire face aux circonstances de la vie, à l’ennui, aux baisses de moral, etc.

Au final, cette liste est bien plus qu’une solution pour ne plus manger à cause de l’ennui. Cette liste est également un outil formidable pour se sentir plus heureux et épanoui au quotidien.

Pour créer ta liste de nourriture positive, il n’y a pas de règles. Observe et note tout ce qui te fait intérieurement du bien et qui te stimule positivement.

L’idéal est d’avoir plusieurs types de choses : activités de groupe ou solo, petites choses faciles et rapides à enclencher même quand on se sent lessivé, à faire dehors, en intérieur, etc. Plus tu as de nourritures différentes, plus tu pourras en piocher en toutes circonstances.

Mon conseil

Ce n’est pas un exercice aisé. Comme je te le disais, il m’a fallu quelques semaines pour faire le point et y voir clair. Me poser 2 questions m’a grandement aidé. Ces deux questions, les voici :

Quels sont 5 projets personnels que je n’ai pas encore réalisé qui me tiennent toujours à cœur ?

Cette question m’a servi à identifier mes « passions », c’est-à-dire ce à quoi j’avais envie d’investir une grande partie de mon temps libre pour me sentir vivante. J’ai opté pour le projet qui m’était le plus accessible et réalisable actuellement.

Quelles sont les 30 petites choses qui me font me sentir bien ?

Personnellement, j’ai réussi à en identifier 23. J’ai mis quelques jours à arriver jusque là. Même si cette liste n’est pas complète, elle est déjà suffisante pour pouvoir y piocher quand « je tourne en rond et que je ne sais pas quoi faire » plutôt que de me poser devant la TV avec une boite de crackers. Ce sont mes activités de ressourcement.

Pour t’aider à construire la tienne, voici un extrait de ce que j’y ai marqué. Je te conseille également de lire mon article 30 jours pour prendre soin de soi qui pourra t’inspirer pour ta liste.

  1. écouter mes musiques préférées
  2. faire la sieste sur le sable au bord de la mer
  3. faire une balade dans la nature
  4. sentir une de mes odeurs préférées : fleur d’oranger, jasmin, etc.
  5. lire un roman
  6. faire du crochet
  7. me lover dans un plaid tout doux
  8. méditer

As-tu d’autres idées de petites choses qui font du bien ? Inscris-les en commentaires, cela inspirera certainement les autres lecteurs !

Et si avec tout ça je l’ennui revient et que je mange ?

Quand l’ennui revient, je sors mon cahier dans lequel j’ai noté ma petite liste et je pioche une ou plusieurs activités qui m’attirent sur le moment. Généralement, cela suffit à me rebooster.

Mais si jamais ce n’est pas le cas, dis-toi qu’il est normal de s’ennuyer de temps à autre…Et parfois de craquer pour un petit grignotage à cause de lui. Restons tolérants, et ne nous lançons pas dans une chasse aux sorcières en traquant chaque moment d’ennui. Tout est une question d’équilibre et de fréquence.

J’espère que cet article t’a plu et surtout, qu’il t’a permis de moins manger à cause de l’ennui. Sens-toi libre de le partager aux personnes qu’il pourrait aider, ça serait vraiment super !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  • 2
  •  

  1. Merci beaucoup pour cet article qui représente une pépite d’or dans ma « guérison ». Tu donnes sans compter et c’est rare. Alors encore une fois merci.

    1. Merci beaucoup, cela me touche énormément 🙂 C’est une super nouvelle de voir que cet article résonne en toi également !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.