Conseils pratiques, Emotions et alimentation, Mincir sans régime

Comment réduire le grignotage ?

Le grignotage est très souvent pointé du doigt dans l’alimentation. Habituellement composé de snacks trop sucrés et trop gras, celui-ci est  mauvais pour la ligne et pour la santé. Ainsi, lorsque l’on souhaite maigrir, une des premières questions que l’on peut légitimement se poser est : comment réduire le grignotage ? Et au lieu d’écrire un énième article comme lambda sur le sujet, j’ai tenté de réfléchir différemment au problème en m’intéressant aux causes sous-jacentes. Alors, pourquoi grignote-t-on ?

Le grignotage est il un problème en soi ?

pourquoi je grignoteLe grignotage répond à un besoin, que celui-ci soit psychologique, physique, émotionnel, etc. Il est donc utopique de croire qu’il existe une méthode miracle et universelle pour solutionner le problème. Mais le grignotage est-il toujours un problème à éradiquer coûte que coûte ?

Je vais te raconter une petite anecdote. Lorsque j’étais enfant, ma mère me racontait qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de grignoter le quignon de la baguette fraîche qu’elle venait d’acheter. C’était systématique et elle en parlait comme une véritable « addiction » : c’est à dire comme d’une chose négative et dont elle ne pouvait pas se défaire. Si, enfant, cela me passait un peut par dessus, adulte, j’ai un autre regard sur cette petite routine maternelle. Ce grignotage, qu’elle percevait négativement (car tout le monde sait que le grignotage c’est mal, n’est-ce pas?) était il si négatif que cela ? Une à deux fois par semaine, ma mère consommait donc environ 3 à 4 cm de quignon de pain frais sur le chemin du retour, jamais davantage (puisque c’était juste le bout croustillant qui lui faisait de l’oeil). Outre le fait que durant toute mon enfance je n’ai jamais connu le privilège de voir arrivé à la maison une baguette entière, je suis complètement d’avis que ce grignotage peut tout à fait rentrer dans un cadre alimentaire équilibré. Et avec le recul, il est également évident que ce geste nourrissait davantage un plaisir émotionnel qui lui était propre (et dont j’ignore l’origine) que le besoin de combler une faim physiologique. Peut être était-ce là la manifestation du souvenir d’un moment privilégié de son enfance ? Je ne saurais dire. Par contre, j’ai souvent vu ma mère essayait de lutter contre cette manie qu’elle jugeait mauvaise pour sa ligne. Moi, je pense qu’il n’en est rien et qu’il faut arrêter de se juger, soit parce que l’on grignote ou soit parce que l’on a une habitude qui sort des sentiers battus en matière d’alimentation. Il convient de faire la part des choses. Avant même d’essayer d’éradiquer ou de réduire le grignotage de nos habitudes, posons nous les bonnes questions :

  • Quelle est l’origine de ce grignotage ? A quel besoin répond-il ?
  • Ce grignotage est-il néfaste pour moi ou peut-il s’inscrire dans une alimentation saine ? Si je grignote un petit bout de pain 1 à 2 fois par semaine, cela sera complètement différent de consommer 2 paquets de sucreries par jour.

Pourquoi est ce que je grignote ?

Identifier les sources de grignotage :

Si tu es une habituée du grignotage, il est possible que celui-ci exprime des besoins différents selon les circonstances. Aussi, si tu estimes que le grignotage est un réel problème pour toi, il est fondamental de commencer par identifier les causes pour espérer ensuite pouvoir réduire ton grignotage.

Je grignote parce que :

  • je m’ ennuie
  • je me sens vide et que cela m’angoisse ou me rend triste
  • j’ai faim
  • pour calmer mes émotions : colère, frustration, stress, …
  • pour faire « comme les autres »
  • je ne peux pas résister à la nourriture que je vois

Quelles sont les choses qui te poussent à grignoter ? Dis le moi en commentaires, cela pourra sûrement aider d’autres personnes.

 

identifier les causes du grignotage pour le réduire

Comment réduire le grignotage ?

Je grignote parce que j’ai faim :

Je parle ici de faim physiologique, celle émise parce que ton corps a besoin de nourriture, en opposition avec la faim dite émotionnelle. As-tu mangé à ta faim au cours de ta journée ? Le dernier repas est loin et le prochain n’est pas pour tout de suite ? Si oui, ton corps te signale peut être qu’il a besoin d’une vraie collation. Si le problème est récurrent et régulier (toujours à la même heure ou presque), peut-être te sera t il nécessaire de repenser un peu ton rythme pour inclure une pause en-cas ? Ainsi, en t’installant 10 à 15 minutes pour manger une vraie collation, tu ne seras plus tenter de grignoter à droite à gauche ce qui te passe sous la main jusqu’à l’heure du repas suivant.

Je grignote pour faire comme les autres :

comment réduire le grignotage ?La nourriture est un vrai lien social et il est parfois difficile de refuser ce que l’on nous propose de peur d’avoir des réflexions désagréables. Une soirée télé entre amis, un brunch ou un pot entre collègues, la pause devant la machine à café,… les occasions sont plus que fréquentes. Si il n’y a pas de conseils qui marchent à tous les coups pour se sortir de ce type de situations sans grignoter, il est possible de réduire les grignotages avec un peu de tact et de volonté. Bien sûr, la première chose à faire est d’apprendre à dire non et à s’affirmer fermement et poliment le plus souvent possible. Mais ce n’est pas toujours possible car la pression sociale est parfois très grande. Une amie me racontait dernièrement que lors des repas de famille avec certaines personnes, elle se sentait même obligée de manger des aliments qui la rendaient malade pour ne pas “subir des représailles” pendant des semaines. Nous ne pouvons pas toujours choisir le “climat” dans lequel nous évoluons, par contre, je trouve légitime de se respecter et de respecter son corps en toutes circonstances.  Dans ce type de situations là, pour éviter les accidents diplomatiques en attendant d’être dans la capacité de s’affirmer autrement, il mieux vaut travailler son jeu d’acteur. Il est important que le « public » te voit avec de la nourriture en main et parfois mâcher.Voici deux de mes astuces de ninja pour éviter de me forcer à manger lorsque je n’ai pas faim et que la pression est trop grande pour refuser :

  • mâcher un chewing-gum discrètement de manière à faire croire que l’on vient de manger quelque chose en douce lorsque quelqu’un vient nous parler. Bien sûr, on évite les chewing-gum ultra mentholés qui font l’haleine fraîche a des kilomètres afin d’être un minimum crédible !
  • prendre et reposer régulièrement une assiette ou un verre. C’est quelque chose que je fais souvent en soirée (heureusement que mes amis ne lisent pas mon blog ). Je déteste la bière au plus haut point. Pourtant, malgré le fait de le crier sur les toits depuis des années, on m’en met toujours une dans les mains avant même que j’ai le temps de dire quoique ce soit. Ayant marre d’avoir des réflexions dans tous les sens à chaque occasion, j’accepte désormais la bière et je la garde en main bien visible le temps de parler avec un peu tout le monde. Puis, discrètement, je la pose sur une table et je retourne parler à quelques personnes avant de reprendre mon verre plus tard. L’astuce est là : les personnes m’identifie avec un verre plein, puis sans verre, puis à nouveau avec un verre. Tout le monde pense que je consomme. Une fois, un ami m’a demandé comment je faisais pour tenir aussi bien l’alcool ! Au cours de la soirée ou du brunch, ton assiette ou ton verre a disparu parce que quelqu’un la pris par mégarde ? C’est absolument génial, on va donc te voir te servir, ce qui ajoutera en crédibilité !
Tu seras peut-être également intéressé par mon article :  L'anti régime au quotidien de Michel Desmurget

Bref, avec ces deux astuces, je gagne en liberté, j’évite les réflexions vexantes et je mange uniquement lorsque j’ai envie de manger ! La cerise sur le gâteau ? Je fais ça sans aucune culpabilité parce que je prends ça comme un jeu qui fait du bien à mon corps !

Je grignote pour calmer mes émotions :

le stress chronique fait grossirSans tomber dans la compulsion alimentaire où il est courant d’ingurgiter de grandes quantités de nourriture en un laps de temps très court, il est tout à fait possible d’avoir recours aux grignotages pour « résoudre » temporairement un conflit émotionnel. En calmant le jeu avec un petit en-cas, nous nous permettons de passer à autre chose pour continuer la journée…sauf que cela ne règle en rien le problème. Il s’agit juste d’un « pansement » émotionnel… jursqu’à la prochaine fois. En identifiant les vrais problèmes et circonstances qui génèrent ces envies de grignotages, nous nous autorisons à nous en libérer définitivement. Pour cela, essayer de lutter contre le grignotage sans aller voir en nous, dans nos émotions et dans notre histoire est vain. Nous sommes bien dans le cas de la faim émotionnelle et il serait bien trop long de le traiter ici. Si la faim émotionnelle est un réel problème pour toi, je te conseille les lectures suivantes : le cahier pratique “je me libère des poids qui me pèsent“, le livre “dites non à l’alimentation de consolation” et cet article “comment j’ai stoppé ma faim émotionnelle“.

Je grignote parce que je ne peux pas résister à la nourriture que je vois :

Je te rassure, c’est plus ou moins pareil pour tout le monde. Un paquet de gâteaux qui traîne sur la table de la cuisine, deux bonbons oubliés à côté de l’ordinateur, … et hop, il est facile de se laisser tenter. Et bien j’ai envie de te dire que ce grignotage là est très simple à éradiquer. Ne laisse jamais rien traîner de visible chez toi, dans ta voiture ou sur ton espace de travail ! Et si jamais tu as des snacks, stockent les toujours dans des boites opaques afin de les sortir de la vue ! En prenant ces simples réflexes, le grignotage par « tentation » s’élimine très bien du quotidien !

Le grignotage est un sujet bien trop vaste pour être traité en un seul article. Tu as des questions ? Un aspect spécifique au grignotage que tu aimerais que j’aborde ? Laisse moi un commentaire pour me le dire, cela m’aidera à écrire un autre article sur le sujet.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire(s) sur "Comment réduire le grignotage ?"

  1. Bonjour Aby,

    Tu as tellement raison. Le grignotage n’est en soi pas quelque chose de fondamentalement mauvais tant qu’il est pris en compte dans nos apports sur la journée.
    Après il est bien conseillé d’incorporer des collations dans une journée pour éviter les fringales, alors pourquoi pas ne pas utiliser les grignotages dans ce sens. Je me demande pourquoi grignoter est un terme si mauvais dans nos tête en fin de compte.

    Merci pour l’article 🙂

    Pier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.